NEWS & EVENTS
BIOGRAPHY
CALENDAR
WORK LIST
COMMISSIONS
SHOP  (NEW!)
AUDIO
VIDEO
RECORDINGS
PRESS QUOTES
PHOTOS
LINKS
CONTACT

 

Facebook

 

English / French

Scott Wheeler: widely distributed, too little played

A mysterious concert is scheduled for Saturday October 15 at Musée des Arts décoratifs in Paris. The title is Greek, “Aphrodite and Athena,” given by the little known American ensemble Mirror Visions, featuring two North American composers unknown here, Scott Wheeler (b. 1952) and Christopher Berg (b. 1949). The theme is almost eccentric: to pay homage to Isabella Stewart Gardner (1840-1924), a great art collector and founder of the museum that bears her name, in Boston, of whom her cousin said that she had “a double, one devoted to society, music, admiration and pearls, and the other sterner sister given to labor and duty; a kind of Aphrodite with a lining of Athena.”

“Tobé Malawista, the artistic director of the Mirror Visions Ensemble, whose name reflects its interest in multiple musical settings of the same poem, has commissioned musical portraits of figures such as Madame de Sévigné and Emily Dickinson,” remembers Scott Wheeler. “This time Tobé chose Isabella Stewart Gardner, a great figure of the arts in Boston, where I live and work, and selected three letters to her by the writers Henry James, Paul Bourget and Kakuzo Okakura, the author of The Book of Tea. In this cantata for three singers and piano, each singer is assigned a letter, while a poem of Okakura, ‘The Stairway of Jade,’ an homage to the superb stairway of this collector, concludes the piece with a trio.” The music of Scott Wheeler, little played in France, has by chance been widely distributed by the bargain label Naxos, which has released his songs (reviewed in Le Monde August 1) and his intriguing opera The Construction of Boston (1990), with characters named… Jean Tinguely and Niki de Saint-Phalle. His style? Not at all a simply tonal music, (even if Wheeler frequently uses consonances), but neither is it a language of bristly modernism.

Accessible?

“It’s not my job to write for the public. I write for performers, who then take my music to the public. To try to be accessible is a little like trying to be everyone’s friend in school – everyone ends up hating that kid,” says the composer, with a smile. But he recognizes “it’s still up to me to write music people want to perform, that interests and moves them. Luckily, some of my pieces, such as my second piano trio, are regularly played these days. We’ll be back soon for the Paris premiere.”

Les Arts décoratifs, Salon des Boiseries, 111, rue de Rivoli Paris, le 15 octobre à 15 heures. Tarif : 10 €. Réservation : adac@lesartsdecoratifs.fr. Sur le Web :www.scottwheeler.org.
Renaud Machart

 

Scott Wheeler : largement diffusé, trop peu joué

Un mystérieux concert est donné, samedi 15 octobre, aux Arts décoratifs de Paris. Titre à la grecque, "Aphrodite & Athéna", structure américaine peu connue, The Mirror Visions Ensemble, deux compositeurs nord-américains ignorés ici, Scott Wheeler (né en 1952) et Christopher Berg (né en 1949). Et une thématique presque excentrique : rendre hommage à Isabella Stewart Gardner (1840-1924), grande collectionneuse et fondatrice du musée qui porte son nom, à Boston, dont son cousin disait qu'elle avait "une double personnalité, l'une dévouée à la société, la musique, l'admiration et les perles tandis que l'autre, plus austère, se consacre au travail et au devoir ; une sorte d'Aphrodite sur fond d'Athéna."

"Tobé Malawista, la directrice artistique du Mirror Visions Ensemble, dont le nom reflète l'intérêt pour les multiples mises en musique d'un même poème, a souhaité commander des portraits en musique de personnages tels Madame de Sévigné ou Emily Dickinson, se souvient Scott Wheeler. Nous avons finalement retenu Isabella Stewart Gartner, grande figure des arts à Boston, où j'habite et travaille, et avons sélectionné trois lettres à elle adressées par les écrivains Henry James, Paul Bourget, et Kakuzo Okakura, l'auteur du Livre du thé. Dans cette cantate pour trois chanteurs et piano, à chacun est dévolue une lettre tandis qu'un poème d'Okakura, L'Escalier de jade, en hommage au superbe escalier de la collectionneuse, conclut la pièce par un trio." La musique de Scott Wheeler, peu jouée en France, a pour chance d'être diffusée largement par le label économique Naxos, qui a gravé ses mélodies (Le Monde du 1er août) et son intrigant opéra La Construction de Boston (1990), avec des personnages nommés... Jean Tinguely et Niki de Saint-Phalle. Son style ? En rien une musique simplement tonale (même si Wheeler utilise fréquemment les consonances), mais pas davantage un langage à la modernité hérissée.

Accessible ?

"Ce n'est pas mon rôle que d'écrire pour le public. J'écris pour des interprètes qui ont pour charge de porter ma musique à celui-ci. Se vouloir accessible est un peu comme vouloir être ami de tout le monde à l'école : on finit par être détesté de tous", résume avec humour le compositeur. Mais il reconnaît : "A moi d'écrire cependant une musique dont les interprètes aient envie, qui les intéresse et les émeuve. C'est la chance qu'ont eue certaines de mes pièces, comme monDeuxième trio avec piano, qui est désormais régulièrement joué. Nous reprendrons d'ailleurs bientôt aux Etats-Unis cette création mondiale parisienne..."

Les Arts décoratifs, Salon des Boiseries, 111, rue de Rivoli Paris, le 15 octobre à 15 heures. Tarif : 10 €. Réservation : adac@lesartsdecoratifs.fr. Sur le Web :www.scottwheeler.org.
Renaud Machart